Bénévolat

Le refuge DECAN est un refuge pour animaux sauvages situé à Djibouti, capitale de Djibouti, un pays de la corne de l’Afrique.

L’association DECAN, DECouvrir et Aider la Nature, est une association loi 1901 djiboutienne, créée par le Dr Bertrand Lafrance, vétérinaire.

Elle a été conçue dans un premier temps pour répondre aux besoins des animaux sauvages, en particulier des guépards, victimes du braconnage ou gardés en tant qu’animaux de compagnie, dans des conditions inadaptées.

D’année en année, le refuge de l’association DECAN se voit confier de plus en plus d’animaux, abandonnés après avoir été capturés, confisqués par les douanes lors de trafic illégal ou blessés.

La majorité des animaux du refuge sont malheureusement destinés à y rester jusqu’à la fin de leur vie. Apprivoisés, ils ne sont plus capables de survivre dans la nature sans l’aide de l’homme. Ils ont également perdu la méfiance vis à vis de ce dernier, et présenteraient ainsi un danger pour les populations avoisinantes.

Le refuge accueille à ce jour près d’une centaine d’animaux sauvages, dont des carnivores (lions, guépards, caracals), des primates, des tortues et des herbivores (zèbres, antilopes, ânes, oryx). Parmi ces animaux on retrouve les animaux ramenés d’Europe par notre principal partenaire, le zoo de Beauval.

Les objectifs de l’association ont également grandi. Pour protéger l’animal il convient avant toute chose de protéger le milieu dans lequel il vit, en lui assurant la tranquillité et l’alimentation. Certaines espèces animales ont ainsi totalement disparu de Djibouti. Surpâturage, coupe de bois, production de charbon, invasion d’espèces végétales non endémique, braconnage, prélèvement de sable anarchique sont en cause, et nécessitent d’être contrôlés.

DECAN lutte contre les atteintes environnementales et pour la conservation de la biodiversité, pour que Djibouti aussi, puisse être fier de la beauté de sa faune et de sa flore. Deux aires protégées ont ainsi vu le jour successivement : La vallée de Djalelo et l’aire protégée d’ Assamo.

L’association s’investit également dans la sensibilisation de la population à la valeur de la nature, la conservation de la faune et de la flore. D’où la nécessité d’intervenir auprès des écoles et d’intégrer le respect pour la nature, les animaux, l’écologie dans l’éducation dès le plus jeune âge.

DECAN emploie actuellement uniquement des djiboutiens :

– Les éco-gardes du refuge et des aires protégées

– les cuisiniers qui préparent tous les jours la nourriture des animaux

– occasionnellement, les gardiens ou les personnes des villages avoisinants sont sollicités pour les constructions du refuge.

Une équipe de bénévoles permanents, qui habitent Djibouti, s’investit quotidiennement au sein du refuge. Le savoir-faire de chacun est apprécié et mis à l’oeuvre pour:

– les soins aux animaux avec préparation de la nourriture et le nettoyage des enclos

– travaux manuels pour la réparation des clôtures, l’aménagement des enclos ou des aires de repos des bénévoles et des visiteurs.

– accueil des visiteurs

– information et sensibilisation auprès des écoles

Devenir bénévole pour l’association DECAN !

Vous rêvez d’une expérience hors du commun? L’expérience de la brousse africaine? Devenez bénévole au refuge Décan!

Les bénévoles sont logés au refuge, à 15 minutes en voiture seulement de la ville de Djibouti. Dès le réveil, vous aurez le sentiment de vous retrouver en pleine savane : le sable rouge, les acacias, les antilopes, le soleil.

Nous avons différents projets auxquels vous pouvez participer :

* Les soins aux animaux du refuge

Deux fois par jour, un groupe de bénévoles permanents vient au refuge avec les rations de tous les animaux. Vous participerez à toutes les tâches de l’équipe. Quotidiennement, les animaux nécessitent nourrissage, nettoyage et entretien des enclos, construction de nouveaux enclos, enrichissement du milieu.

* Les soins vétérinaires

Au refuge, les actes vétérinaires restent assez rares. La prévention est l’élément clé du travail du vétérinaire (traitements anti-parasitaires, vaccination, rations alimentaires).

Nous avons régulièrement des nouvelles arrivées d’animaux, blessés ou nouveaux nés, qui nécessitent des soins minutieux jusqu’à ce qu’ils puissent intégrer le refuge ou dans le meilleur des cas, être remis en liberté.

Les stagiaires sont tout particulièrement sollicités lorsqu’il s’agit d’élever des orphelins au biberons jusqu’au sevrage, de les réintégrer progressivement avec leur congénères ou lorsque des soins et une surveillance réguliers sont nécessaires sur les animaux.

Les stagiaires sont les bienvenus pour assister ou observer le vétérinaire lors de ses interventions sur les animaux du refuge.

Le vétérinaire du refuge travaille également tous les jours de la semaine au cabinet vétérinaire de la ville. Les stagiaires étudiants vétérinaires ou auxiliaires vétérinaires ont également la possibilité d’y passer une partie de leur séjour.

* Extension du refuge, les mangroves

Pour les passionnés d’écologie et surtout d’ornithologie, une extension au refuge sera créée prochainement. Les mangroves de douda sont un paradis pour un grand nombre d’espèces d’oiseaux, à condition qu’elles soient respectées et préservées.

L’aire protégée de l’extension sera entretenue pour permettre aux espèces endémiques de la faune et de la flore de s’y développer. Plusieurs projets d’aménagement de la zone sont en cours, et nécessitent main d’oeuvre et savoir-faire… A vous de jouer !

* Projets de recherche

Les projets de recherches universitaires sont également possibles et bienvenus ! La diversité écologique sur nos sites vous offre la possibilité de mener des recherches sur les espèces ornithologiques, les mangroves, la flore, l’éthologie des animaux, sauvages sur les aires protégées ou en captivité sur le refuge. L’aire protégée d’Assamo a été crée dans le but de protéger l’antilope de beira, une espèce rarissime et endémiques de ces régions montagneuses semi-aride. A Djalelo vous trouverez la gazelle de Waller, encore nommée antilope girafe. Des études de quantification et éthologiques sont à mener sur ses deux espèces en voie d’extinction à Djibouti.

* Education et sensibilisation dans les écoles.

Régulièrement, des écoles viennent visiter le refuge, encadrées par les bénévoles qui leur font découvrir le monde animalier, les enjeux de la conservation des espèces, le respect de nature.

Différents projets d’éducation peuvent être menés par les bénévoles : jeux de rôle, rally de découverte, cahier d’apprentissage etc. Une salle dédiée à l’éducation est présente dans notre bâtiment pédagogique.

Hébergement au refuge

Le logement au refuge est simple et propre. Le soleil brille toute l’année, et les températures avoisinent les 40-45 °C l’été (juin-aout), avec des taux d’humidité élevés. L’hiver est plus agréable, avec une fraicheur nocturne. La vie au refuge est calme et dépaysante. Le travail sur le refuge peut être dur, surtout pendant la saison chaude.

Vous serez hébergé au bâtiment pédagogique. Le refuge est en permanence surveillé par les éco gardes.

Le bâtiment pédagogique dispose de deux chambres, qui peuvent accueillir chacune trois stagiaires. Elles sont équipées de :

– Trois couchages équipés de moustiquaires et de draps

– Des ventilateurs au plafond

– Un bureau et une chaise

– Une armoire avec penderie

– Des coffres de rangement

– Une salle de bain avec douche, lavabo et WC

La cuisine est extérieure, en face du bâtiment pédagogique.

Nous mettons à votre disposition :

Un réchaud, une glaciaire que vous approvisionnerez quotidiennement en pains de glace et bouteilles d’eau potable congelées. Toute la vaisselle est mise à disposition et un éclairage solaire est en place permettant aussi la recharge des téléphones portables. Vous trouverez de nombreuses tables de Pic-nic au refuge.

Nous vous confierons également une carte SIM locale, ainsi qu’une clé 3G pour vous connecter à internet. Les cartes SIM peuvent facilement être rechargées dans tout kiosk ou supermarché.

Vous pouvez profiter des navettes des bénévoles permanents pour faire vos courses à l’heure de midi aux supermarchés. Vos provisions peuvent également être stockées au réfrigérateur au cabinet vétérinaire, et vous être apportées par les bénévoles.

Les salles pédagogiques :

– La bibliothèque.

Vous y trouverez de nombreux livres et revues, sur les thèmes de l’écologie, de la biodiversité et de la conservation de la faune et de la flore, pour vous documenter.

– Notre museum.

Temps libre

!

Les bénévoles travaillent du samedi au jeudi. Le vendredi est le jour férié à Djibouti. En fonction des taches et responsabilités confiées au bénévole, le jour de repos peut varier dans la semaine.

Djibouti accueille de nombreux expatriés, essentiellement militaires: français, américains, italiens et japonais. Vous aurez la possibilité de profiter des hôtels, restaurants, bars et supermarchés de la ville. Un hôpital et plusieurs pharmacies se trouvent également au centre ville. Les rues de Djibouti sont animées, de jour comme de nuit. Djibouti est une ville sûre. Il est possible de s’y déplacer sans danger, de jour comme de nuit, avec les précautions habituelles à prendre dans une capitale.

Il est facile de se déplacer en ville en taxi. Vous en trouverez à tous les coins de rue, à toute heure de la journée. Il est également possible de prendre les mini bus, à condition de connaitre sa destination, ou de louer une voiture, mais les prix de location sont assez élevés.

Djibouti offre de nombreuses activités pour combler vos journées de congés:

Allez boire un jus de fruits frais, pour 2 à 3 euros, à 10 minutes à pieds du cabinet vétérinaire, ou encore dans les nombreux petits restaurants et marchés du centre-ville.

Les différents marchés djiboutiens peuvent également éveiller votre attention. Vous y trouverez fruits et légumes, viandes, poissons, ou encore bijouteries yéménites, cordonniers et tailleurs.

Vous trouverez à Djibouti des clubs de plongée, ou autres activités nautiques.

Les organismes de voyage organisent des excursions vers les différents sites touristiques du pays : le lac Assal, le lac Abbé, les plages du Goubhet, la foret du Day et bien sur les îles paradisiaques Moucha et Maskali.

La vie nocturne est très animée, en particulier le jeudi et le vendredi.

Djiboutiens et expatriés se retrouvent le soir dans les nombreux restaurants, bars et clubs jusqu’au petit matin.

Les campements écotouristiques de Djalelo, et bientôt Assamo.

L’association Decan a créé deux aires protégées. La vallée de Djalelo, et l’aire protégée d’Assamo.

Le camp écotouristique de Djalelo est déjà ouvert au public, et accueille les clients tous les week-end. Vous aurez alors la possibilité de profiter de la brousse djiboutienne. Un havre de paix, les couchers de soleil, les chemins de randonnées, et les gazelles ! L’antilope girafe est une espèce en voie disparition à Djibouti. L’aire protégée de Djalelo est un des seuls endroits où vous pouvez les observer en liberté à l’état sauvage.

Contribution pour le bénévolat

Les prix comprennent :

– La cotisation à l’association DECAN

– Un T-shirt de l’association DECAN

– L’hébergement sur le refuge

– Le transport de l’aéroport au refuge. Les déplacements pour vous permettre de faire les courses seront également organisés par l’association.

Ils ne comprennent pas :

– Le vol vers Djibouti

– Les frais de Visa

– Les courses alimentaires

– Les déplacements et activités personnels

 

Decan est une association loi 1901 à but non lucratif.

Les frais de bénévolat contribuent au fonctionnement du refuge et à

l’accueil des bénévoles : entretien des logements et matériels mis à disposition

des bénévoles, frais de transport, soins aux animaux et construction

des infrastructures du refuge.

Durée du séjour < 3 mois > 3 mois

Tarif par semaine 170 euros / semaine 100 euros / semaine

Contacts :

Association DECAN Djibouti

Site web : www.decandjibouti.org

Page Facebook : Refuge de l’association Decan

Tél : (+253) 77 60 97 46

ou sur le formulaire de contact